Apporte-toi des barres énergétiques! Bourre-toi de riz!

L’office de tourisme de Taïwan m’a offert un voyage de rêve! Ils ont invité quelques propriétaires de boutiques de vélo de la côte ouest pour nous faire découvrir l’île et ses multiples parcours cyclables. Bravo! Réussi! Taïwan est surprenant, étonnant, superbe, époustouflant!

Notre itinéraire était le même que celui d’un groupe de foodies! Miam! Pas eu besoin de barres protéinées! Selon la tradition japonaise, il est mal vu de laisser ses invités quitter sans avoir le ventre plein. En vue d’être polie et parce que c’était trop bon, j’ai vraiment essayé de tout manger, mais en vain!

Made in Taïwan: porc, tofu, poissons, fruits et légumes… Pas de msg!

Taïwan est encore propriété de la Chine, mais le Japon lui a légué tout un héritage, tout un mélange de cultures, dont une diversité culinaire époustouflante.
Les meilleurs restos n’ont pas d’affiche, ils sont connus que du bouche à oreille. La pub ne fait pas partie de la culture Taïwanaise, il faudra contacter l’office de tourisme pour connaître les meilleurs adresses.

Cuisine moderne chinoise, cuisine fusion, japonaise, etc. Tous les repas (dîners ou souper) étaient une succession sans fin de petits plats variés, plus ou moins familiers, mais rarement mauvais. On nous a servi du tofu sous toutes les formes imaginables; frit, bouilli, mariné, fermenté. Le porc gras (fatty porc) est un met traditionnel et succulent. Il nous a été apprêté grillé ou mijoté. Les Taïwanais sont fervents de friture, tout y passe, fruits de mer, légumes, fruits. Il est impossible de visiter Taïwan sans manger des dumplings et ils sont exquis, meilleurs que tous ceux servis ici, frais, gouteux, différents. On a aussi essayé de me faire manger l’intérieur d’un concombre marin ou d’autres étrangetés, mais je ne m’y suis pas aventurée!

Nous avons visité des marchés de nuit et dégustés du maïs grillé, de la viande frite, des fruits de mer grillés, étonnement bon et pour les estomacs solides, il y a le tofu moisi, qui diffuse une odeur nauséabonde, je ne m’y suis pas risquée et le coeur me lève juste à y penser.

Un texte de mon amie Anne-Marie Gagnon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s