Archives pour la catégorie Internationales

6 restos à San Jose, Costa Rica pour découvrir la gastronomie locale!

Al Mercat:

On y trouve une cuisine du marché, simple et très savoureuse, dans un décor digne de « pinterest », c’est là que j’ai eu mon coup de coeur pour le ceviche,Le repas est tout en finesse, on mange un assortiment de 5 « gallo » ( tortilla avec garnitures) qu’on se doit de manger avec les doigts! Le gros défi a été de manger celui au chorizo, je crois que je suis la seule à réussir, tout en éclaboussent légèrement mon voisin,ai J’ai eu beaucoup de plaisir, mais c’était vraiment trop gros! Si vous avez du temps à l’horaire, vous pouvez visiter la ferme du lundi au jeudi de 8 h à 16h00.

Nuestra Tierra Restaurant:

C‘est un petit restaurant , situé en face de la place de la Démocratie Avenida Segunda,où les habitants du quartier se rejoignent pour prendre une bouchée. J’ai commandé deux plats typiques que je pensais de la grosseur d’une entrée :le pozol: une soupe de maïs et de porc , très bourrative ,et un ceviche de crevettes gigantesque! Quand j’ai vu le format des plats servis aux tables voisines, j’étais bien contente de n’avoir choisi que 2 entrées parce que j’étais vraiment comblée!

Dans le marché central, situé calle 8 calle 6, avenida 1, il y a beaucoup de Soda(casse-croûte).Notre guide a choisi le Soda Tala inauguré il y a 50 ans par la propriétaire Mme Natalia Cervantes alias Tala ,mais dont ce sont les enfants qui ont pris la relève. J’ ai goûté le tortilla de queso (tortilla de fromage) et un tortilla sucré et gallo de papa ( un tortilla qu’on garni de patate).Rien de gastronomique, c’est simple et savoureux!

 L’affiche Mercado central est assez voyante

Manos En La Masa

Manos En La Masa :faisant partie du mouvement slow food avec 25 autres restaurants de San Jose, la chef Adriana Sanchez nous a préparés un repas traditionnel comme elle en mange en famille!

Manos En La Masa

Au menu :un melon d’eau mariné au vinaigre de banane, citron, huile de coco, jalapeno et oignon rouge,

Manos En La Masa

un « gallo de picadillo » qui est un tortilla de coeur de palmier .« picadillo » veut dire chose coupée.

Manos En La Masa

On poursuit avec un « arroz de mais »:maïs blanc, poulet de grain, cumin, vinaigre de banane ,un« patacon » :du plantain vert frit,

Manos En La Masa

et pour dessert :un gâteau au fromage, biscuit de maïs, un soufflé à la crème sure et de la gelée de gaba!

La chef  a accepté de me donner la recette du plat principal « arroz de mais » , ça ressemble un peu a un risotto de maïs .

1 kilo de maïs blanc 

1 poulet entier

2 gros oignons

1 tête d’ail

1 branche de céleri

une poignée de feuilles d’origan

1/2 tasse de vinaigre de banane

sel et poivre

1 tasse de fromage blanc fumé (optionnel)

Annatto(optionnel pour la couleur)

Mettre le poulet à bouillir avec la branche de céleri, l’ail et 1 des 2 oignons. Quand le bouillon est prêt et passé au tamis, on l’utilise pour cuire le maïs, environ 2 heures à feu doux en ajoutant du liquide au besoin.

Désosser le poulet

Faire revenir 1 oignon émincé, ajouter le poulet et ajouter au maïs

Ajouter le vinaigre ,et pour la couleur un peu d’annatto si vous en trouvez!

Assaisonner au goût , et si vous avez décidé de mettre du fromage, c’est juste avant le service!

ChateauLe Chateau 1525la cuisine costaricaine est ici à un niveau gastronomique, avec aussi la plus belle carte des vins.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On a commencé le repas par un micro-maïs fumé, un ceviche avec une polenta croustillante,une  sopa negra, cette soupe de fève noires qui  m’a toujours intriguée… et j’ai adoré! Je vais l’essayer lors d’un prochain souper, un poulet sous-vide avec légumes, pour dessert une mousse! Le Chateau 1525 donne aussi des cours de cuisine .

Costa Rica Beer Factory inc: offre une belle sélection de bière importées  et de microbrasseries locales, de même qu’une bière sans gluten .La totalité du menu est cuisinée avec de la bière! Nous avons goûté différentes bouchées chorizo et datte, bruschetta, mozzarella et purée d’aubergines, un délice! On trouve au  menu des burgers géants, descrevettes panées.J’ai eu la chance de partager un Mesa vekinga :un plat pas très esthétique en photo, mais combien savoureux, c’est un mélange de viande et fruits de mer avec quelques légumes servis sur la table! J‘ai passé là une très belle soirée!

Advertisements

El Mangroove autograph collection, Guanacaste

Lors de mon voyage au Costa Rica, je me suis arrêtée au restaurant Matiss à l’heure du dîner, il se trouve sur la plage  de l’hôtel El Mangroove ouvert en 2014. Pour débuter, on m’a offert un cocktail à base de tequila et de tamarin, vraiment très rafraîchissant ! J’ai tellement apprécié que j’ai demandé la recette, ils ont accepté de me la donner et je vous la partage:

El Mangroove

Maleku Cocktail

1.5 oz de tequila Jenara infusé de tamarin

1 oz jus de citron

1.5 oz de sirop simple de sucre brun

0.5 oz de Grand liquor

Servir sur glace

J’ai eu la chance de déguster plusieurs plats du chef Sebastián La Rocca qui a été le chef exécutif du Barbecoa du chef Jamie Oliver à Londres. Notre repas était composé de calmar frit, guacamole, orange et de micro coriandre, le poke de thon accompagné d’une salade d’algues, riz à sushi et sésame , pantacones et guacamole, ceviche de pieuvre, tomate, cœur de palmier, gingembre, ail et huile d’olive, ceviche de bar commun, piment rocoto, avocat, oignon rouge, coriandre, une bavette serviavec une vinaigrette de lime et gingembre ,papaye verte, oignon rouge, coriandre, basilique menthe, poivron et arachides grillées, tacos de poulet tomate rôtie Je n’avais plus faim pour prendre un dessert! Le menu laisse bien voir  bien l’inspiration asiatique et costaricaine , et le chef préconise les produits locaux. J’ai vraiment aimé mon expérience et j’y séjournerais bien quelques jours !

El Mangroove, Autograph Collection 

Bahia Papagayo, 

Guanacaste, 50503

Costa Rica

On boit quoi au Costa Rica?

Le Guaro , dérivé du sucre de canne, est un rhum doux,  introduit en 1853.Il est connu pour être le spiritueux du Costa Rica, les locaux le consomment en shooter avec lime et sel comme la tequila, sur glace ou en cocktail , mais le plus souvent en Guaro Sour, avec du jus de fruit, du coca cola, du lait de soja ou un autre alcool! J’ai essayé le premier soir le Guaro sour et j’ ai beaucoup apprécié, alors partout où je suis allée par la suite, par professionnalisme je commandais un  Guaro sour .J’en ai bu des délicieux, mais il y en a un que je n’ai pas bu boire,  j’aurais dû m’en douter car il était servi avec lime et sel! Après plusieurs dégustations ,je trouve que le meilleur est celui de l’hôtel si como no resort spa and wildlife refuge! Vraiment le meilleur!!

Guaro Sour

La recette du Guaro Sour de l’hôtel si como no resort spa:

  • 1 oz de Guaro
  • 2 oz de fruit de la passion
  • 1 oz de citron mandarine
  • Mettre dans un shaker
  • servir sur glace

Imperial beer

– La bière locale Impérial se vend partout  à très bas  prix

resbaladeraLes boissons non alcoolisées sont très populaires

– On trouve le resbaladera qui est extrêmement populaire auprès des locaux, j’ai trouvé la recette sur le site Que Rica Vida:

  • 1 tasse de riz
  • ½ tasse d’orge
  • 1 tasse de sucre
  • 2 bâtons de cannelle
  • 5 clous de girofle
  • 1c à soupe de vanille
  • 3 tasses d’eau
  • 3 tasses de lait
  • 1/8 de cuillère à café de muscade
  • Cannelle en poudre pour décorer

Dans une casserole allant au four, mettre  riz, orge, eau, bâtons de cannelle, et clous de girofle jusqu’à ce que le riz éclate. Retirer

  • Laisser refroidir, retirer la cannelle et les clous de girofle , mettre dans le mélangeur, ajouter le lait jusqu’à consitance liquide.
  • Ajouter la vanille, le sucre
  • Refroidir
  • Servir avec beaucoup de glace

Chan de lemon

– J’ai aussi découvert le Chan de lemon, cette boisson est extrêmement désaltérante.Le chan , dont le nom latin est hyptis suaveolens, ressemble à du chia en plus gros .La graine de Chan est populaire en amérique latine, elle est aussi utilisée pour contrer la diarrhée… toujours pratique à savoir!

Recette de Chan de lemon:

  • 1 tasse de graines de chan
  • 1 litre d’eau
  • jus d’agrumes
  • sucre au goût
  • Mettre les graines de Chan dans l’eau au moins 30 minutes
  • ajouter le jus d’agrumes
  • Sucrer au goût
  • Servir avec un peu de glace concassée!

Salud!

Playa Cayo Santa Maria

Expérience Transat

Pour nos vacances estivales, j’avais vraiment envie de lire, faire des siestes, mes batteries étant à plat!

Alors,après une discussion avec ma copine Caroline Legendre de Voyages Indigo, notre choix s’était arrêté sur un «tout inclus » à Playa Cayo Santa Maria à Cuba. Je regardais les photos, en me disant que c’est tellement beau, lisais les commentaires positifs des voyageurs sur les différents sites. C’est en embarquant dans l’avion que je me suis souvenue qu’on m’avait déjà dit de ne jamais aller dans un «resort » géré par des Cubains. Mais je me questionne: si vous allez dans un pays et que vous ne voulez pas voir les gens de ce pays, pourquoi aller dans ce pays? Je ne comprends pas trop le concept, mais bon!!!!

Nous avions pris le forfait Deluxe de Transat, je  crois que je ne voyagerai  plus sans ce forfait: on nous attend à l’hôtel pour prendre notre «check-in » ,il n’y a pas d‘attente interminable, on a eu le temps d’aller porter nos bagages, d’aller manger une bouchée et de revenir dans le hall pour voir qu’il y avait encore des gens qui attendaient. Nous avion pris une chambre avec vue sur la mer, ce qui donne la chance dès le réveil matinal,  de voir la mer un petit plus ,ce que j’aime beaucoup!

Playa Cayo Santa Maria

Parlons du site: impeccable, plusieurs piscines dont celle que nous avons adoptée, qui était simplement zen, on y a passé plusieurs heures!Les chambres étaient confortables et très propres,le service merveilleux, rien à redire.

 A la plage malheureusement, il y avait de grosses vagues vu la saison, donc beaucoup de méduses,j’arbore un merveilleux tatouage derrière le genou et la jambe! 

Question nourriture: :à notre arrivée le dimanche, nous étions pas mal découragés, Eugène me faisait des gros yeux, lui dont c’était le premier “tout inclus”Je me disais que la semaine allait être longue au niveau culinaire et côté couple! Par magie, le lundi  l ‘équipe de cuisine a changé et nous avons  mangé des plats excellents au Playa, le con minuta, un genre de sandwich au poisson frit avec des croustilles maison ( je ne mangeais pas le pain) ,meilleur que plusieurs fish and chips au Québec ,et que dire des crevettes frites dans une panure de farine de maïs, d’oeufs et de bière! je dois essayer cette recette que je n’ai eue que sommairement! C’était le temps des mangues, alors vous pouvez imaginer combien je me suis gâtée! Je dirais que le Playa fait de gros efforts, mais la finition et l’interprétation des plats non typiques comportent des erreurs.Ainsi beaucoup de Québécois trouvent par exemple la soupe à l’oignon  superbe, pour mon goût,c’était plutôt une sauce brune éclairciavec des oignons!

Lors de mon passage, j’ai pris des notes que j’enverrai au gérant de l’hôtel puisque leur but est de devenir le premier cinq étoiles cubain!

Le souper pour le forfait Deluxe de Transat était superbe, nous avons eu la chance d’avoir un duo de musiciens aux airs cubains pour accompagner notre repas!

Nous avons aussi profité du spa avec le bain à remous qui était froid et très agréable, les lieux propres et le massage superbe .A vrai dire,le sauna et le hammam quand il fait 40 degrés, c’est trop pour moi.

On y retourne ? Oui ,et surtout avec le forfait Deluxe Transat!

*Nous n’avons reçu aucune compensation deTransat ou du Playa Cayo Santa Maria pour cet article!

Memories Flamenco Cayo Coco

crédit photo Jade Marchand

C’était la première fois que j’allais dans un tout inclus et j’avais un peu peur que ça ressemble à un camping québécois avec les activités. Ça ressemble quand même pas mal à ça, mais c’est pour une semaine et non l’été! Je dirais qu’en sortant de l’aéroport à Cuba, c’était un peu le chaos pour savoir dans quel autobus il fallait embarquer! En arrivant à l’hôtel, on nous offre un excellent petit cocktail à base d’orange très apprécié parce qu’il fait chaud!

Sur le plan de la nourriture On m’avait fortement conseillé d’apporter des croustilles, des noix, du beurre d’arachides notamment puisque, me connaissant, les gens pensaient que je ne mangerais pas à Cuba! J’ai bien mangé toute la semaine, il y avait un grand choix de plats! Mon alimentation est toutefois devenue moins lourde plus la semaine avançait, poissons (il est tellement frais), salade! Très peu de viande. J’ai pu boire des Pina colada, moi qui suis intolérante au Québec.

J’ai vraiment apprécié le resto sur la plage avec les poissons frais et la paella! Pour les restaurants à la carte, c’était agréable de se faire servir, mais je crois que, personnellement, je préfère le buffet pour la variété!

Les chambres Simples, confortables et très très propres! Les suites sont très intéressantes avec superbe vue sur la mer!   L’animation Très très présente mais je ne suis pas tellement «camps de vacances» quand je suis en vacances. Cependant, les 2 spectacles que j’ai vus en soirée étaient excellents et un soir, je suis sortie à la discothèque et j’ai eu beaucoup de plaisir!

Pour la plage C’est dommage, on doit marcher environ 15 minutes à gauche du chemin vert en bois pour avoir une superbe plage puisque la plage de l’hôtel, à marée basse, est remplie de sable fossilisé qui fait extrêmement mal aux pieds et vous risquez de vous blesser si vous n’avez pas de souliers! L’hôtel est justement à enlever avec de la grosse machinerie le sable fossilisé à droite du passage! Point très positif, la plage comporte beaucoup d’ombre et on peut y marcher les pieds dans l’eau pendant des heures! Pour la piscine, je n’y ai fait qu’une saucette puisque je n’étais pas là pour faire de la piscine, mais les gens semblaient apprécier. Il y a une piscine munie d’un bar, une plus calme et une barboteuse! Petites excursions

La plage Pilar Pour 5 pesos, vous obtenez un aller-retour en autobus pour le paradis! Vous obtenez une chaise pour 2 pesos, il y a un restaurant et un bar! J’y ai passé 2 jours complets wow! je camperais sur la plage pour une période indéterminée. IMG_0122 Le catamaran Personnellement, j’ai trouvé ça un peu dispendieux pour faire un tour de bateau et faire 2 arrêts de «snorkelling» de 15/20 min et arrêter sur une plage vierge 30 minutes. Le dîner de poulet ou langouste était bien quoique ma langouste était un peu trop cuite. L’expédition était au coût de 79 pesos par personne! Tout dépendant de votre capitaine, l’animation n’est pas la même; certains ont eu droit à un party de «Rock Stars» sur le leur et nous, pas de party! Je vous recommande de prendre le «glass boat» qui coûte 25 pesos avec un arrêt «snorkelling». «the Cave party» Si vous êtes en saison morte, ne payez pas 25 pesos pour rien, faites la fête à l’hôtel! En un mot, j’ai adoré mon voyage. J’ai rencontré des gens très très sympathiques et je retournerais volontiers au Flamenco Cayo Coco!

Merci à Caroline Legendre pour les recommandations et l’excellent service!

Voyages Indigo 438-384-1100

Caroline@voyagesindigo.com

L’aventure de Monique au Pérou!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 » Cette année, je vais monter le chemin des Incas, viens-tu avec moi?  » C’est ainsi que commence ce voyage inattendu dans ma vie…une invitation à aller au Pérou! Je m’informe des difficultés physiques de cette montée à pied vers le renommé Machu Picchu, « Tu es en forme, tu y arriveras « me disent tous ceux qui me connaissent. En fait, je fais de la marche, du vélo, je suis déjà allée monter l’Acropole des draveurs dans Charlevoix, je pars confiante…quoique le mal des montagnes…imprévisible… Après les achats requis pour camper les 3 nuits du trek, les comprimés pour assainir l’eau, le sac à dos confortable, on part! Escale volontaire de 3 jours à Cusco avant d’entreprendre le chemin des Incas proprement dit, question de s’acclimater à l’altitude qui est déjà de 3400 m dans cette ville.Et quelle ville! Classée par l’Unesco en 1983,peuplée de 300000 habitants,bâtie au flanc des montagnes, rues et ruelles escarpées serpentant tantôt en plan incliné, tantôt avec des marches d’escaliers,riche des constructions des Incas,Cusco , qui fut la capitale de l’empire inca au 15e siècle,offre un charme tout-à-fait unique.On peut y voir quelques murs d’origine, constitués de gros blocs de pierre aux contours irréguliers, mais parfaitement emboîtés les uns sur les autres, leur assurant une solidité inégalée.Le système de drainage des eaux dans les rues ,constitué de rigoles,est ingénieux et évite les débordements pendant la saison des pluies. Je ne peux passer sous silence la place d’Armes avec la cathédrale de style baroque, le temple du soleil( Qoricancha ),les ruines aux alentours de la ville, dont la plus impressionnante est celle de Sacsayhuaman avec une vue magnifique sur la ville.Le quartier de San Blas où nous logeons est charmant de par ses boutiques d’artisanat aux débauches de couleurs, ses maisons blanches aux balcons de bois sculptés,ses multiples petits cafés et restaurants.

Bien entendu, boire du thé de coca est indispensable pour contrer le mal des montagnes… alors,buvons!!!! Il faut maintenant quitter cette ville enchanteresse pour partir sur le chemin des Incas, le Machu Picchu nous attend. Les 4 jours de montées et de descentes me ravissent au plus haut point: les paysages sont uniques: les montagnes majestueuses aux sommets enneigés qui culminent à plus de 5000 m d’altitude imposent le respect et l’humilité ,la végétation passant de l’aridité à la luxuriance de la zone préamazonienne surprend par sa diversité, et l’alternance des monts et vallées offre un spectacle incroyable.Mais il faut franchir toutes ces dénivellations! Au coût de combien de marches? Au coût de combien d’efforts? On me disait en forme,je commence à douter à la deuxième journée du trek.L’altitude me joue des tours, je ressens la diminution de l’oxygène par de l’essouflement, je dois arrêter souvent pour que mon coeur arrête de s’emballer…Le chemin est long et étroit, prudence, le précipice de plus de 3000 m est à une dizaine de cm parfois. Le chemin monte, monte et toujours…Mais je parviens à franchir le plus haut col du trek à 4200m! Après 2 autres journées de marche, les 46 km qui séparent Cusco du Machu Picchu sont vite oubliés car la récompense attend les marcheurs : le Machu Picchu s’offre à nous, et sa visite est un régal,cet ensemble architectural gigantesque de 503m/200m témoigne du génie bâtisseur des Incas.Malheureusement, aucun écrit n’explique les secrets de la construction de ce village perdu qui a résisté à l’invasion espagnole grâce à la protection visuelle naturelle des hautes montagnes. Peut-on parler d’aventure quand on fait ce voyage? Pas vraiment car tout est prévu dans l’horaire et l’itinéraire.Ce qui ne l’est pas, c’est la réaction individuelle de chacun, je crois que l’aventure est ainsi personnelle et nous permet de puiser dans nos ressources de dépassement ,de persévérance et d’adaptation. Je souhaite à tout le monde de vivre un aussi beau voyage.

 Monique Loubry