Archives du mot-clé cupidon

La Saint-Valentin, c’est de la marde! Faut que j’en parle.

Lisa Leblanc chante « Ma vie, c’est d’la marde», Anne-Marie Dupras a écrit  » Ma vie amoureuse de marde » mais je dirais pire pour la St-Valentin!

Dans le fond, il ne s’agit que d’une fête commerciale ayant pour fond l’histoire d’une espèce de personne en couche qui lance des flèches pour qu’on tombe amoureux. Belle histoire quand on a 10 ans, mais qu’est-ce qui s’en suit….

Dès la garderie, les parents sentent la pression, les enfants s’échangent des cartes de Saint-Valentin achetées au Dollo ou dans une boutique plus dispendieuse avec des petits coeurs en chocolat pour chacun des amis de son groupe. Alors chaque famille, qu’elle ait ou non les moyens, débourse entre 15$ et 40$ et on parle ici pour un enfant entre 2 et 12 ans. En tant qu’éducatrice, j’ai toujours refusé de fêter cette fête dans mon groupe d’enfants. Pourquoi un enfant devrait se trouver un amoureux ou faire un valentin à ses parents quand on essaie de leur expliquer que papa ou maman ne peut pas être leur amoureux/se? Et là, oups!, le jour du 14 février : « Ben oui, envoie un valentin à maman pour qu’elle soit ton amoureuse». Belle image de constance! ABSURDE!

Vient ensuite le secondaire. Quelle journée « destroy » pour l’ado qui n’a pas de valentin/ne, et si on le combine à un manque d’estime c’est encore pire. Je me souviens qu’au temps où j’étais au secondaire, on organisait même le jeu «Coup de foudre» et d’autres du même type pour essayer de trouver son valentin/valentine. Il y avait même une danse pour cette fête. Je ne me souviens pas d’avoir vécu une Saint-Valentin en tant que célibataire, mais combien de mes amies pleuraient parce qu’elles étaient seules et qu’elles croyaient que ce n’était pas normal, encore moins lors de cette journée!

Quand ma fille était au secondaire, l’école organisait encore des activités à la tonne. Les années où elle et certains de ses amis/es n’avaient pas de valentin/valentine, je me souviens de leur détresse de ne pas s’en dénicher un/une! Tout ça parce que s’ils échouaient, cette faille serait vue comme un échec social au sein de leur groupe d’amis.

Le but de cette fête, selon moi, c’est de faire consommer les gens! Même à l’âge adulte,si tu ne fais rien pour la St-Valentin ou que tu n’as pas de Valentin, au bureau plusieurs vont dire « Aië, ça va pas ben avec ton chum », « Méchant trou du cul, il a oublié » ou encore « Je peux peut-être te présenter mon cousin, on sait jamais ». Peut-être aussi que mon chum pis moi on fête notre amour le plus souvent possible et pas seulement le 14 février avec une boîte de chocolats « cheap » pis des roses au double du prix ou bien que je suis toute seule par choix et non parce que je suis une « loser »!

Bref, l’année passée, j’avais fait un blogue sur mon « Love-hate affair » avec la Saint-Valentin, mais cette année j’avais besoin de vous écrire un peu plus sur la raison de mon « hate » avec cette fête.

Mais ça, c’est pour moi, pour vous c’est quoi la Saint-Valentin?

Advertisements